Swimming pool

« Comme un poisson dans l’eau, Laura si t’as plus pieds, fais une croix sur ta peine p’tite sirène… Oh swimming pool… »

La chanson de Christophe Jennac tourne en boucle dans ma tête alors que j’enchaîne les longueurs. Souvenir de mes émois d’adolescente. L’eau s’écoule le long de ma peau en une caresse langoureuse. J’ai toujours aimé cette sensation. Cette impression que chaque pore de ma peau reçoit simultanément une caresse. Et les caresses, moi, j’adore !

Alors que je me concentre sur cette sensation, je sens une caresse différente qui m’électrise. Le nageur que je viens de croiser a touché ma cheville au passage comme en réponse à mes pensées. Le frisson que ça a provoqué parcourt tout mon corps. Soudain, j’ai chaud. Oui, bien qu’entourée d’eau fraîche, j’ai très chaud. Et c’est étrange car cette chaleur est localisée. Là, juste entre mes cuisses. Une boule s’est formée dans le bas de mon ventre.

Mes mouvements de bras et de jambes s’enchaînent par la force de l’habitude mais j’ai perdu le décompte des longueurs. Mon esprit est ailleurs. La boule grossit dans mon ventre. Je me sens submergée par l’excitation qui a pris possession de mon corps.

Une autre caresse sur mon ventre cette fois. Était-ce la même personne ? Je n’en peux plus. Il faut que je fasse quelque chose.

Je termine ma longueur et sort du grand bassin. Je me dirige vers le petit et m’installe dans la partie jacuzzi. Je m’y assied et profite de la protection des bulles pour glisser discrètement ma main entre mes jambes. Je sais que je ne devrais pas. Ce n’est ni le lieu ni le moment… Pourtant, je ne peux résister à cette envie et je dois avouer que cette impression d’interdit ajoute du piquant à mon excitation. Je me frotte doucement à travers mon maillot, glisse un doigt en dessous et commence à jouer avec mon bouton de plaisir.

Soulagement… Je ferme les yeux et me laisse porter par mes sensations celles de l’eau et des bulles contre ma peau qui me prodiguent moult caresses et celle plus précise, plus intense entre mes jambes. Quelques instants, quelques minutes, quelques mois plus tard, j’ouvre les yeux et croise immédiatement les siens. Son petit rictus me fait comprendre qu’il est bien conscient de mon activité immédiate. Je rougis comme une écolière prise en flagrant délit de rêvasserie mais je ne peux détacher mon regard du sien dont l’intensité me brûle encore plus. Je crois que j’ai du gémir légèrement ou peut-être répond-il à un autre stimulus dont je n’ai pas conscience mais il détourne les yeux en direction des douches puis les ramène aussitôt vers moi ses sourcils devenant interrogateurs. Je laisse mon sourire s’épanouir sur mon visage et hoche légèrement la tête avant de me lever du jacuzzi pour me diriger vers les cabines. Je ne regarde pas derrière moi. Je sais.

Je traverse les douches des femmes sans leur jeter un regard et me dirige vers la première cabine de change que je trouve. Je retire mon maillot et le pose sur ma serviette. Je m’assieds sur le banc et j’attends.

A-t-il vu dans quelle cabine je suis entrée ? A-t-il vraiment fait ce geste ou l’ai-je rêvé ? Je commence à douter.

Une éternité de quelques minutes plus tard, j’entends de petits coups contre la porte de ma cabine. Mon sang ne fait qu’un tour, je me lève, entrouvre et le laisse entrer. A peine se referme-t-elle derrière lui qu’il se jette sur moi posant ses lèvres contre les miennes et insérant sa langue dans ma bouche à la recherche de la mienne. Ses mains me plaquent d’abord contre lui puis se mettent à explorer mon corps brûlant. Je sens un objet plastifié dans l’une d’elle et soupire de soulagement… Emportée par mon désir, j’avais oublié ma prudence élémentaire mais lui n’a visiblement pas perdu pieds à se point et je l’en remercie silencieusement en redoublant de baisers et de caresses. Ses gestes sont frénétiques. Son dard est si dur contre mon ventre.

Le liquide qui dégouline entre mes jambes n’a plus rien à voir avec l’eau javellisée. Mes gestes saccadés et brusques se dirigent vers sa taille et descendent son shorty de bain jusqu’à ce qu’il tombe à ses pieds. Libéré, son serpent prend toute son ampleur au contact de ma peau. Il me retourne dos à lui. Je me penche légèrement, pose les mains sur la paroi devant moi et pose mon pieds droit sur le banc. Sa main glisse sur mon ventre et vient caresser mon petit bouton. Avant même que j’ai pu soupirer sous la douceur de cette caresse, je sens son dard s’enfoncer au plus profond de moi et ne peux retenir un gémissement.

– Doucement me murmure-t-il d’une voix suave qui me fait frémir des pieds à la tête.

Il pose alors son autre main sur ma bouche, tirant légèrement ma tête vers l’arrière. Puis il commence à me pilonner en me massant le bouton de plaisir. Je perds pieds. Submergée, subjuguée, dépassée, emportée. Ne pas pouvoir hurler mon plaisir me frustre autant que ça m’excite. Je jouis et déverse le liquide mon plaisir sur mon maillot de bain déjà trempé. Je sens nos excitations monter de concert. Je sens chacun de mes muscles se contracter de plaisir. Je sens ma peau brûler de désir. La main sur mon bouton remonte sur mes seins, les malaxe, les maltraite alors que le marteau continue de me pilonner et d’augmenter nos plaisirs. Je coule à nouveau, éclabousse ses pieds ce qui l’amène à sa propre jouissance. Je le sens retenir ses propres gémissements alors que je jouis de nouveau avec lui.

Le temps se fige dans ce moment d’extase. Son corps devient lourd contre le mien. J’aime tant ce moment après l’amour ou ils relâchent leur corps contre le mien. Une minute, deux minutes plus tard, nous nous asseyons côte à côte sur le banc.

– Salut, moi c’est Ivalena, et toi ?

 


J’aimerais remercier du fond du cœur Déborah G Modèle et Mick Photo d’avoir accepté que j’utilise leur superbe photo pour illustrer cette histoire.

Et la voici dans son orientation originale (cliquer pour la voir en grand !) :

deborah

2 comments

  • indya jouvry

    Coucou nous sommes des fans de ton blog nous voulions savoir s’il s’agit d’expérience personnel ou de pur fantasme ,_?

    • Ivalena

      Bonjour Indya
      Merci d’aimer mon blog, ça me touche et me motive à me replonger un peu dans l’écriture.
      Pour répondre à votre question (puisque apparemment vous êtes plusieurs), certains textes sont totalement imaginés, d’autres sont vécus. Généralement, ceux que j’ai vécu sont beaucoup moins dans le détail « technique » et beaucoup plus dans les sensations que ceux que j’ai imaginés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7b7550246f
/wp-admin/options-general.php?page=emc2-popup-disclaimer/emc2pdc-admin.php
fee447c608
113
1
Accepter et entrer
Refuser et sortir
http://google.fr
1

Ce site est strictement réservé aux adultes,  et contient des éléments à caractère pornographique.

Pour y accéder, vous êtes prié d’accepter les clauses suivantes :

Accepter et entrer Refuser et sortir